16 juin 2013

F comme... Femme à barbe

 

3712651215

Clémentine Clatteaux naquit dans la campagne vosgienne, au bord de l'étange de Bouzey, à côté des ruines de l'abbaye de Chaumouzey, le 5 mars 1865. Vingt ans plus tard, elle épousait un boulanger de Thaon-les-Vosges, et après quelques années, joignait à la boulangerie, un fond de café. Son mari étant de santé précaire, il dut laisser son commerce, mais le café prit une magnifique extension. Dès l'âge de 18 ans, Clémentine avait vu sa lèvre supérieure s'orner d'un duvet prometteur. Bien vite, elle dut se faire raser le menton, mais par fantaisie, elle garda la moustache. Un jour de Pentecôte, elle se rendit avec des amies à la foire de Nancy. Sur le cours Léopold, il y avait nombre de barraques foraines et bien sûr, celle de la traditionnelle, femme à barbe. Les jeunes femmes entrèrent et pour la modique somme de 15 centimes, purent regarder le phénomène. Laissons parler Clémentine : "Un phénomène mal lèché, ni homme ni femme qui n'a même pas l'excuse d'être Auvergnat ! (sic). J'ai pour cette femme qui se montre, une pitié qui doit se trahir sur ma physionomie, car m'ayant fixée, elle se penche vers moi et me dit : "Madame, vous avez plus de barbe que moi !". Symphatique ou jalouse, la foraine donne à Clémentine une recette infaillible pour se débarrasser des poils superflus. Cette dernière retourne à Thaon bien décidée à essayer l'onguent pour éviter "l'ennuyeux recours du rasoir". Elle n'était pas le seule à être allée à la foire et dans son café les plaisanteries vont bon train. Un nommé Oscar parie qu'elle ne laissera pas pousser sa barbe. Un pari de 25 louis, 500 francs, une somme pour l'époque ! Elle accepte le défi. On essaie de la dissuader, elle tient bon. Cependant, elle ne paraît pas au café pendant la période délicate de la première pousse. Mais, dit-elle, "bientôt, le poil d'un impeccable châtain, comme ses cheveux, s'adoucissait, prenait du velouté, s'ondulait mollement. Mon mari prenait plaisir à me caresser, et moi-même je ne voyais pas ce nouvel ornement de mon visage sans une coquetterie amusée et satisfaite".

Clémentine Delait

Elle saute le pas et se montre au café qui bientôt ne désemplit pas. Ce fut des Vosges puis de toute la Lorraine qu'on vint la voir. Un ami fit des cartes postales. En deux mois, la France connaissait Clémentine. Quant aux 500 francs du pari, ils ne lui furent jamais remis, ce qui gâcha la vie d'Oscar et ternit sa mémoire. Rapidement, Madame Delait fut si connue, que le grand Barnum, lui-même, jeta les yeux sur elle et voulut la produire en Amérique. Mais c'était une femme de coeur. Elle refusa cet engagement mirobolant (3 millions de l'époque) pour ne pas abandonner son mari malade. Elle le gâtait, lui offrit un attelage avec un joli poney pour sa promenade, un grand jardin pour s'aérer et tout cela grâce à la vente des cartes postales ! En 1903, on lui propose d'entrer dans la cage aux lions de la ménagerie Camillius. Sa famille proteste, mais par bravade, elle accepte. Un train spécial amène la population au chef-lieu. On lui fait une ovation. "J'étais belle et j'entendais les murmures d'admiration des hommes".

Clémentine Delait dans la cage aux lions

Dans la cage, elle fait une partie d'écarté et la gagne, une lionne passe au-dessus de sa tête, un photographe prend un cliché tandis qu'elle lève sa coupe de champagne. Elle renouvelle l'exploit à Saint-Dié et à Charmes. Là, elle vend des cartes postales à travers les barreaux de la cage. Mais avoue-t-elle, "les lions n'étaient plus là". On la choisit pour être marraine d'une portée de jeunes lionceaux. Tout cela faisait les gros titres des journaux. Elle avait le sens de la publicité. Notre héroïne avait tout pour être heureuse, mais elle caressait un désir : s'habiller en homme. Ce qui semble aujourd'hui si naturel dépendait alors... du ministre de l'Intérieur. Combes accéda à sa demande et dit paraît-t-il à ses collègues : "De cette citoyenne qui n'a pas droit au vote, faisons une femme qui porte culotte et que sa barbe serve d'exemple à toutes ces bigotes rétrogrades qui se battent autour des bénitiers". Discours bien dans la note du temps. Bien des quiproquos devaient naître de cette façon de s'habiller, audacieuse pour l'époque. Porter le pantalon n'était pour elle qu'un simple caprice et Clémentine tenait fort à clamer sa féminité. Si elle se vante d'être une épouse modèle, elle ne dédaigne pas pour autant les succès auprès du sexe fort. Elle a des admirateurs, car dit-elle, "la nature ne m'a pas marchandé aucun des avantages de la femme". Elle est coquette, ses cartes le prouvent, qui la représentent en fort jolies toilettes. Un jour de Carnaval, déguisée en marquis d'opérette, le visage et la barbe dissimulés sous un loup de velours noir, elle a bien des admirateurs dont l'Oscar, le parieur malchanceux qui est tout déconfit quand il soulève le masque de la belle. Un autre jour, elle enferme un gendarme trop galant dans sa cave et fait mettre sur la trappe quelques caisses de bière. Le pauvre homme jura que l'on ne l'y reprendrait plus. Il ne fallait pas lui déplaire. En femme de poids (100 kg à 40 ans), elle vous mettait à la porte un consommateur aviné en quelques minutes. On ne s'y frottait pas deux fois. Le temps passait, la France entière aimait Clémentine. Le célèbre docteur Bertillon (empreintes digitales) publiait de savants rapports à son sujet, des hommes se faisaient tatouer son visage sur la poitrine, bref, la gloire ! En 1922, pour la santé de son mari, elle s'intalle à Plombières-les-Bains. L'accueil est triomphal. Pour elle, on ouvre l'Enfer, arrivée des sources d'eau chaude. Cela ne se faisait que pour les personnalités. Elle habite près du presbytère : 11, rue Grillot, là elle vend des dentelles, de la lingerie et bien sûr, ses fameuses cartes postales. Elle en édita ainsi plus de soixante-dix dans tous les costumes et toutes les situations possibles, chacune marquée de fameux "exigez la cachet de Madame Delait". Les anciens habitants de la station se souviennent de l'avoir vue broder au métier, à l'ombre de l'église, en face de chez elle. N'ayant pas d'enfant, elle avait adopté une petite fille, Fernande, qu'elle aimait tendrement. Clémentine se plaisait dans les villes d'eau. Elle fut l'hôte de Vittel où on la présenta au roi d'Espagne et au souverain d'Egypte. A Contrexéville, le shah la combla d'attentions, l'invita à sa table. Après 1928, date du décès de son époux, elle revient à Thaon où elle prend un bar "Le café de la femme à Barbe". En 1932, pour l'agrément de Fernande, elle accepte de s'exhiber à l'étranger. Son premier voyage est pour Londres, où elle se produit à l'Olympia, au milieu d'autres phénomènes. Elle y cherche un logement modeste, pour éviter les frais d'hôtel, car elle ne jette pas l'argent par les fenêtres. La même année, elle reçoit un accueil enthousiaste à Paris, elle y devient l'amie d'une femme tronc qu'elle défend un jour "contre les impertinences d'un visiteur". En 1933, elle est à Vichy où, pendant la saison hippique Léon Voltera créait "le Grand Prix de la Femme à barbe". On lui donnait alors, dit-elle, 44 ans alors qu'elle en avait 68. Sa barbe de 35 cm était, comme elle, toujours jeune. Elle s'embarque pour Belfast où elle retrouve la courtoisie et la correction qu'elle avait appréciées à Londres. Elle finit sa vie au foyer de Fernande. Un trémoin disait l'avoir rencontrée avec une belle barbe blanche qui effrayait un peu les enfants. Elle mourut à Epinal, d'une attaque en pleine rue, le 19 avril 1939. En 1969, pour la 30e anniversaire de sa mort, Thaon créa le musée de la femme à barbe.

Source : D'après un article paru dans la revue Cartes Postales et Collections n°115 - 1987.

Clémentine Delait au jardin

Clémentine Delait au salon

469253342

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 juin 2013

E comme... Esperluette

 

esperluettes-ampersand

 L’esperluette ou esperluète, appelée aussi perluette, perluète ou de nos jours "et commercial", désigne le logogramme &. Elle résulte de la ligature des lettres e et t , soit "et" et possède la même signification. Son inventeur serait Tullius Tiron, le secrétaire de Cicéron, mais on ne retrouve ce signe typographique dans aucun de ses manuscrits. On cite aussi Alde Manuce, un imprimeur-libraire installé à Venise qui a révolutionné l’imprimerie, outre par cette création, par le format qu’il a donné à ses livres, en particulier l’in-octavo, plus petit, moins cher et plus maniable que les in-quarto ou in-folio. A l’origine, cette graphie ligaturée était utilisée par les copistes médiévaux, qui se servaient de nombreuses autres abréviations.

Il semble que l’esperluette ait été considérée comme la 27ème lettre de l’alphabet jusqu’au XIXème siècle. Selon le "Trésor de la langue française", le &, dernière lettre de l’alphabet, était appelé ète, et à l'école, les enfants apprenaient à réciter l’alphabet en ajoutant après la lettre Z, les mots latins "et, per se, et"  ("et, en soi, et'") prononcés "ète-per se-ète", qui se serait transformé en "et, per lui, et". L’appellation du caractère & aurait découlé de cette habitude sous la forme de : perluète ou esperluette.

Source : D'après Wikipédia l'encyclopédie libre.

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 juin 2013

D comme... Dé à jouer

Jeu-de-des-egyptiens

Jeu de dés égyptien

Le dé doit son nom au latin datura (donné par le sort). Il tire probablement son origine des os des chevilles d’animaux tels le bœuf. Il n’est pas possible de déterminer précisément l’apparition des dés et leur distinction des osselets. Il est certain en revanche qu’ils datent des temps préhistoriques. Leur présence dans des tombes anciennes de la vallée de l’Indus semble déterminer une origine asiatique.

Les jeux de dés sont pratiqués par les Grecs et les Romains. Les dés ap­paraissent en France dès le XIIème siècle et connaissent vite un grand succès. Il deviennent le passe-temps des chevaliers ; des écoles et des guildes (associations) de dés sont attestées à cette époque. La corporation des déciers ou fabricants de dés devient fort importante et le demeure même après l'apparition des premiers cartiers (fabricants de cartes à jouer) à la fin du XIVème siècle. De nombreuses ordonnances royales, dont une de Louis IX (Saint-Louis) interdisent ou réglementent les jeux de dés. Mais tout cela reste sans grand effet.

La passion du jeu se retrouve aussi dans le petit peuple. Ainsi, une ordonnance du Magistrat de Lille de 1382 défend aux guetteurs de jouer aux dés et au tric-trac. En 1398, la Prévôté de Pa­ris interdit aux "gens de métier", sous peine de prison, de jouer les jours ouvrables. Plus tard, Henri IV, reprenant une idée de son pré­décesseur, décide d'imposer les jeux de cartes et les jeux de dés. On continue cependant à jouer. Les déciers sont devenus moins nombreux et les cartiers vont tout mettre en oeuvre pour lutter contre cette façon de redresser les finances.

C'est au XXème siècle qu'Albert Einstein proclame : "Dieu ne joue pas aux dés", de même le poète Stéphane Mallarmé écrit : "Un coup de dé jamais n'abolira le hasard". On distingue à peu près 150 jeux de dés différents !

Sources : D'après le site Casino 777 et Wikipédia, l'encyclopédie libre. 

Jeux-de-des

  

Posté par Nadine de Trans à 20:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,